0
1158

Comment valoriser les friches urbaines ?

Victoria Campion, co-fondatrice de la "belle friche" répond!

Bonjour, tout d’abord, pouvez-vous nous présenter le concept de « La Belle Friche » ?

La Belle Friche est née d’une collaboration et d’une réflexion menée entre Victoria Campion et Aude Masboungi. Sur pied depuis un peu plus d’un an, le concept de La Belle Friche est né d’un constat : l’existence de friches au cœur des villes et leur non-exploitation. Par friche, nous désignons terrains vagues, friches industrielles, entrepôts, halles désaffectées. Ces lieux vacants sans occupant humain actif ne sont en conséquence pas ou plus cultivés, productifs ni même entretenus. Nous avons imaginé une logique alternative: celle de tirer profit de ces lieux vacants. 

Cette démarche que nous avons développée est bénéfique à bien des égards. D’abord, elle permet la dynamisation de ces lieux en transition grâce à des projets éphémères. Du côté, des propriétaires fonciers elle offre une solution à la vacance en proposant une occupation temporaire des lieux permettant la réduction des coûts de maintenance, de sécurisation et d’entretien. Du côté des porteurs de projet, nous dénichons auprès des propriétaires fonciers des lieux atypiques, à coût modéré et utilisable rapidement pour des événements temporaires sur une période courte à moyenne (manifestations artistiques, événements privés, workshop...) 

Par ce biais, nous offrons une approche novatrice et originale permettant d’aborder la vacance foncière avantageuse pour toutes les parties prenantes. Nous pallions ainsi au gâchis d’espace et de temps dans la ville afin de potentialiser la ville dans toutes ses temporalités (heures, jours, semaines, années…) Cette démarche s’ancre aussi dans la mutation urbaine et veille à rendre la ville plus flexible. Nous proposons un urbanisme temporaire adapté au contexte local et apportant une valeur ajoutée au territoire (approche ciblée et contextualisée).

 Comment se présente votre plateforme ?

La plateforme que nous proposons a été   créée dès le début de notre activité, c’est la clé de voûte de notre modèle car elle permet la mise en en relation des porteurs  de projets et les espaces vacants. C’est un  outil multifonctions qui se présente comme une vitrine interactive des lieux dénichés par La Belle Friche. Afin que la rencontre entre propriétaires fonciers et  porteurs de projets se passe au mieux, La Belle Friche travaille en amont. Les porteurs de projets nous informent sur leurs activités, leurs motivations et leurs besoins en termes d’espace et de temporalité. Dans un second temps, nous synthétisons et analysons ces données pour les coupler au mieux avec les espaces que nous avons de disponibles. Cet outil de travail en constante évolution représente aussi une vitrine des projets variés menés depuis le lancement de La Belle Friche et ceux en traitement. Notre plateforme permet également d’attirer des porteurs de projets qui à travers un formulaire exposent leur nature, leur approche et leurs besoins (nature juridique, modèle financier, type de lieu souhaité…) Ces données nous permettent de programmer les futures créations.

En plus de cette interface numérique, nous avons développé une méthodologie en interne (jeu de cartes et matrice) pour affiner notre démarche. Le jeu de cartes nous permet d’évaluer l’état des friches que l’on nous propose pour ajuster notre modèle économique en fonction du lieu. Pour une programmation équilibrée, le système matriciel permet d’avoir une vision générale des porteurs de projets et de leurs associations potentielles.

Quelles sont les différentes propositions de projets qui sont proposées sur votre plateforme ?

Notre plateforme propose une stratégie de développement des espaces publics, s’organisant essentiellement autour de trois offres :

- Les terrains

- Les bâtiments

- Les appels à projet.

Les terrains désignent des lieux vierges à ciel ouvert. Les bâtiments sont des espaces couverts ayant une ou plusieurs premières vies et en attente de régénérescence. La rubrique « appels à projet » met en valeur des espaces à la recherche de projets orientés vers un ou des types d’activités (commerce, art, loisirs…) Cette première classification présentée sur la plateforme permet de cerner les lieux découverts, car la réussite des interventions incrémentées dépend de la concordance du projet avec le lieu.

Nous sommes multifacettes, à la fois une plateforme de mise en relation ET une offre de services dans les domaines de l’architecture, de l’urbanisme et de l’événementiel, permettant ainsi l’orientation technique, sociale et artistique du projet en devenir. Ces domaines croisés s’enrichissent mutuellement et sont le coeur de notre approche novatrice.

Notre plateforme ainsi que notre concept propose une vision décalée de l’urbanisme par le biais de l’éphémère. L’idée n’est pas de figer un lieu dans une activité mais de laisser parler l’aspect créatif et novateur que permet l’urbanisme temporaire. Composer avec l’improbable et le temporaire fait partie des challenges de La Belle Friche!

Comment accompagnez vous les porteurs de projets et les gestionnaires des friches ?

Notre travail ne se réduit pas à l’entremise, loin de là. En dehors du côté festif, l’urbanisme temporaire demande une importante préparation; l’éphémère nécessitant une efficacité instantanée.

Nous avons comme objectif que ce projet éphémère ne soit pas uniquement synonyme d’occupation mais aussi dynamisation et réactivation de ces lieux c’est pourquoi les tâches que nous assurons jalonnent toutes les étapes du processus. 

Pour cela, nous menons un travail en amont qui se compose de deux tâches principales: la mise en forme de l’idée du programme, afin que celui-ci s’incorpore au mieux dans l’environnement d’accueil et la mise en forme du dossier administratif réglementaire technique.

Nous prenons soin d’une part à la cohérence entre espace choisi et programme; d’autre part, à la coordination des divers acteurs entre eux. Une fois, le programme mis en place, notre travail ne s’arrête pas là. En effet, nous veillons à son bon déroulement par le suivi du dossier avec les différentes parties prenantes.

Ainsi, La Belle Friche propose à la fois des connaissances techniques et administratives tout en apportant une approche créative et artistique. Nous avons mis en place une approche multidisciplinaire qui chapeaute le déroulé de A à Z tout en laissant une large place au dialogue.

Quels sont les retours d’expériences et le bilan que vous tirez de vos premières opérations de valorisations des friches par de l'événement éphémère ?

Malgré sa naissance récente, La Belle Friche a déjà mené divers projets d’urbanisme temporaire (Le Riviera bar éphémère 75011 Paris, Cirque Zavata 92240 Malakoff, Montévrain FMR 77307 Montévrain). D’après les premiers retours recueillis à la fin du processus, l’approche que nous avons développée présente de nombreux avantages. D’abord, elle permet la valorisation de l’image du lieu. Ces projets permettent d’insuffler une nouvelle image au lieu, aux propriétaires et aux porteurs, avec une plus-value culturelle, artistique, sociale et entreprenante. Elle valorise aussi les acteurs (privés ou publics, entreprises, municipalités…) ayant permis la mise sur pied de cette mission.

D’un autre côté, l’heure des premiers bilans signifie aussi l’heure des adaptations. Le modèle proposé est en évolution et tend à répondre à des challenges identifiés comme la question de la confiance entre propriétaires et occupants des lieux. En outre, la réglementation actuelle n’envisage pas entièrement cette nouvelle forme d’urbanisme. La question de l’échelle et de la reproduction de ce modèle commence à se poser alors même que le modèle d’urbanisme temporaire séduit de plus en plus.

Cet article a été consulté 1158 fois.

Tendances