3
1418

Des “bureaux des temps” pour réinventer la ville

Rencontre avec Lucie Verchère, chargée de mission « Temps et services innovants » au sein de la Direction de la prospective et du dialogue public du Grand Lyon.

Horaires décalés, 35 heures, télétravail, nouvelles technologies… De nombreuses évolutions sociétales modifient en profondeur nos rythmes de vie. Et avec elles, les attentes et les besoins des citoyens en matière de transports, de services ou d’infrastructures. Face à ces enjeux, des collectivités se sont dotées de structures pour mieux appréhender la manière dont les territoires et les villes intègrent les effets de cette nouvelle temporalité. Par exemple les « bureaux des Temps » du Grand Lyon. Pour mieux comprendre cette initiative, le Hub a rencontré Lucie Verchere, chargée de mission « Temps et services innovants » au sein de la Direction de la prospective et du dialogue public du Grand Lyon.

Hub Icade : Comment est née la mission « Temps et services innovants » du Grand Lyon ?

Lucie Verchere : Intitulée à l’origine « Espace des temps » et intégrée à la direction de la prospective du Grand Lyon, la mission a été créée en 2002. Il s’agissait à l’époque de répondre à la question suivante : comment une collectivité peut-elle intégrer la dimension temps dans sa gestion du territoire et traiter les sujets y afférant de manière transversale, en intégrant l’ensemble des communes du Grand Lyon ?

Hub Icade : Quel bilan peut-on faire après plus de 10 ans d’existence ?

L. V. : Nous avons débuté notre mission en interrogeant les élus sur les thématiques liées au temps qui leur paraissaient importantes. Celle de la mobilité est apparue comme la première de leurs préoccupations. À partir de 2008, la mission est passée à une phase plus expérimentale, autour de services innovants liés à la mobilité – d’où notre appellation actuelle, mission « Temps et services innovants ». Nous avons été à l’origine de nombreuses initiatives : la création d’une plateforme de covoiturage pour le Grand Lyon, la mise en place de solutions de télétravail, un système de partage de vélos en périphérie de Lyon pour faire le dernier kilomètre jusqu’à l’entreprise… Et au cours de l’année passée, nous avons beaucoup travaillé sur les équipements des pôles d’interconnexion. Notre idée est que les habitants utiliseront davantage les transports en commun si les pôles d’interconnexion, les gares par exemple, fournissent de nouveaux services.

Hub Icade : Quelle est votre méthode de travail ?

L. V. : Nous sollicitons des acteurs qui ne se rencontrent habituellement pas et nous leur proposons de venir échanger ensemble sur des sujets à propos desquels chacun d’eux est partie prenante. Par exemple, lorsque nous avons cherché à optimiser les déplacements entreprise-domicile des salariés du Grand Lyon, nous avons réuni autour de la même table des entreprises, les transporteurs, le Sytral (Syndicat mixte des transports pour le Rhône et l’agglomération lyonnaise), la SNCF et les collectivités. De même, pour trouver des solutions susceptibles de réduire le temps passé par les salariés dans les transports, nous avons initié un dialogue entre des espaces de coworking, les collectivités et les entreprises. À chaque fois, l’objectif est de créer de la concertation, d’accompagner les acteurs à construire un discours commun, puis de travailler à des solutions innovantes, bénéfiques pour tous. Notre approche est pragmatique : si les expériences se révèlent positives, elles sont démultipliées. Dans le cas contraire, nous y renonçons.

Hub Icade : Quels sont vos projets et initiatives en cours ?

L. V. : Nous continuons à travailler sur le thème de la mobilité durable. Nous nous intéressons également à la notion de « réduction de la mobilité », ou comment moins se déplacer pour se rendre sur son lieu de travail, notamment grâce au télétravail. Les espaces de coworking, les tiers-lieux, et les fablabs suscitent donc naturellement notre intérêt. Enfin, nous voudrions continuer à élargir le concept du « City Remix » à d’autres lieux. L’idée est de transformer un lieu ne correspondant plus aux usages et aux besoins avec l’aide des citoyens, des communautés créatives et des utilisateurs. L’expérience a déjà été menée à la gare Saint-Paul (garemixsaintpaul.grandlyon.com/) et dans un musée (www.museomix.org/). D’autres lieux pourraient être envisagés, tels une bibliothèque ou une piscine par exemple ou tout autre lieu public.

Hub Icade : Quelles sont, d’après vous, les thématiques liées au temps qui demeurent à explorer ?

L. V. : Sans doute n’avons-nous pas encore assez réfléchi à la manière dont nous pourrions mutualiser des équipements. Les écoles, par exemple, restent fermées plusieurs semaines par an, les soirs et les week-ends. Comment serait-il possible, dans un souci d’économie et pour répondre à de nouvelles attentes des citoyens, de mieux mutualiser les équipements publics et privés ? L’économie du partage devrait aussi être mieux valorisée. Comment partager des services, partager la ville, mutualiser les équipements ? À ces questions, il nous faudra apporter des solutions innovantes.

Pour en savoir plus :

www.espacedestemps.grandlyon.com

www.museomix.org/

garemixsaintpaul.grandlyon.com/

www.cityremix.co/

Contact : lverchere@grandlyon.com

Le réseau Tempo territorial (réseau national des acteurs des démarches temporelles) et la Métropole de Lyon vous invite aux 12es Temporelles des 15 et 16 octobre prochain, à l’Hôtel de la Métropole de Lyon. Le thème de cette année est la « Ville servicielle : nouveaux temps, nouveaux services, nouveaux modes de faire la ville ».

L'inscription au colloque est gratuite mais obligatoire sur le lien suivant : https://inscription-temporelles-2015-ville-servicielle.eventbrite.fr

Crédit photo ©Maaren Otto / FlickR

Cet article a été consulté 1418 fois.

Mots clés :

Mobilité, mobile
Mobilité