0
692

La nouvelle révolution française

Paris accueille le sommet du Partenariat pour un gouvernement ouvert, du 7 au 9 décembre. Une bonne façon de mettre en avant sa nouvelle « social valley » et les nombreuses initiatives françaises dans le domaine de la civic tech.

La politique, d'accord, mais pas n'importe laquelle... C'est la démocratie participative, à base de numérique, que quelque 3 000 représentants des gouvernements des 70 pays membres du Partenariat pour un gouvernement ouvert, de la société civile, des collectivités territoriales et d'entreprises, vont aborder lors du sommet de Paris, les 7, 8 et 9 décembre prochains. Si la réunion sera l'occasion d'échanger sur les bonnes pratiques, dans des domaines comme la transparence de la vie publique et économique, les biens communs numériques et la civic tech, les nouveaux liens entre citoyens et élus devraient dominer. Et avec eux, les start-up qui en ont fait leur champ d'action. Elles sont nombreuses, d'autant qu'à Paris, elles ont désormais leur lieu : le Liberté Living Lab, inauguré récemment dans le Sentier.

Autant d'initiatives qui réjouissent les collectivités territoriales, de plus en plus friandes de ses outils, dans le cadre de leur action plus large en matière de ville intelligente. L'objectif de la civic tech, comme le décrit la société Fluicity, est de « réengager massivement les citoyens dans leurs politiques locales, pour co-construire la ville avec leurs élus. » Lancée en 2015 par une ancienne de Google, l'application de Fluicity permet à un citoyen d'interpeler le maire. Celle de City2Gether (imaginée par une start-up de Caen), permet aux élus de récolter l'avis de leurs administrés en temps réel et de leur transmettre des informations. Même chose avec Neocity (une appli commercialisée depuis l'an dernier par une start-up des Yvelines). « Nous voulions démocratiser les appli mobiles des entreprises pour les mettre au service des collectivités locales », indique ainsi Pierre Saulnier, le président de la société Neocity. La start-up offre aux collectivités locales des services clé en main, pour faire remonter, de la part des citoyens, des informations, et permet également à la municipalité d'en transmettre aux administrés. 

Des appli politiques

D'autres appli sont centrées sur un thème précis. Ainsi, Voxe compare en ligne des programmes politiques, et pourrait, en 2017, devenir un outil clé de la campagne présidentielle, puisqu'elle permet d'interagir avec les candidats. Par ailleurs, avec Vooter, une application lancée en 2015 par une start-up de Boulogne Billancourt, l’utilisateur peut exprimer son opinion, voir ce que pense sa communauté et prendre part à une décision collective. Quant à la plateforme Parlement & Citoyens, lancée en 2013, elle permet « aux citoyens et aux parlementaires de rechercher ensemble les solutions aux problèmes de notre pays. »

A mesure qu'ils se déploient et révolutionnent la gouvernance, les outils de la civic tech sont donc de nature à redéfinir les pratiques démocratiques. Autant dire qu'une nouvelle révolution est en marche. 

Lire le partenariat pour un Gouvernement ouvert : lancement de la présidence française (Compte rendu du conseil des ministre du 28 septembre 2016)

Lysiane J.Baudu en partenariat avec La Tribune

Cet article a été consulté 692 fois.

Tendances