0
843

Pollution, l’ennemi intérieur

Pesticides, solvants, parfums de synthèse, poils d’animaux... nos intérieurs abritent de nombreux polluants. Et dire que nous passons 80 % de notre temps en espace clos… 

Pollution : quelles conséquences pour notre santé ?

La pollution de nos logements, bureaux, écoles, voitures... est aujourd’hui un enjeu de santé publique. Les effets d’une pollution intérieure peuvent être : 

immédiats et passagers ;

répétés comme les maladies chroniques ;

irrémédiables pour notre santé.

Sans tomber dans le catastrophisme, on répertorie trois types de conséquences directes et ou indirectes sur notre santé :

1.les allergies : irritation des yeux, des muqueuses et des voies respiratoires. Cela peut conduire à des maladies chroniques comme l’asthme, la rhinite, l’hypersensibilité bronchique, ou encore, des céphalées ;

2.les dérèglements hormonaux avec des risques d’infertilité, d’obésité et de malformation ;

3.les maladies graves : certains cancers sont indirectement liés à la pollution intérieure, tout comme l’altération de la capacité respiratoire et l’aggravation de maladies cardio-vasculaires.









 

  3 familles de polluants intérieurs



Les polluants chimiques

Le monoxyde de carbone (CO). Ce gaz incolore, inodore  et mortel à forte concentration se développe à partir d’appareils de chauffage ou de production d’eau chaude à combustion mal entretenus.

Les composés organiques volatils dits COV. Il en existe des centaines dont certains – comme le benzène – sont très présents particulièrement dans les bâtiments neufs.



Les polluants biologiques

Les agents infectieux : importés par les habitants et véhiculés par certains équipements (ventilation).

Les allergènes : acariens, poils… développés par les animaux domestiques, l’humidité ou la chaleur.



Les particules et les fibres 

La poussière.

Les fibres végétales comme le chanvre ou le lin.

Les fibres minérales comme l’amiante, la laine de verre.

Le radon : gaz radioactif naturel, inodore et incolore particulièrement présent dans les sous-sols granitique ou volcanique.

 

Pour en savoir plus :

• Le site de l’Observatoire de la qualité de l’air intérieur

• Sciences et Avenir, « Pollution intérieure : des composés “omniprésents” » – 19 novembre 2013

• notre-planete.info, « Pollution de l’air intérieur »

Cet article a été consulté 843 fois.

Immobilier