Chapitre : 5

Le Hub Smart City 31/05/2019 - 09:55

Le futur d'Amsterdam : la smart city 3.0

Tramway dans le centre-ville d'Amsterdam
Chapitre 5
Dans ce cinquième et dernier volet, vous allez découvrir comment Amsterdam est en train de passer du rang de smart city 2.0 à celui de smart city 3.0.

Si Amsterdam est un centre névralgique en matière d’innovation, la capitale néerlandaise se distingue également par la façon dont elle implique ses habitants dans la co-création d’une ville toujours plus agréable à vivre. Son objectif : devenir une ville repensée par ses citoyens, pour ses citoyens.

 

Smart city 2.0 : dirigée par la municipalité

La smart city 2.0 se caractérise par le fait qu’elle est administrée par la municipalité plutôt que par ses fournisseurs de technologie et autres parties prenantes.

La première itération d’Amsterdam Smart City était basée sur l’innovation technologique. Mais le risque, c’est que les grandes entreprises poussent parfois la ville à adopter des nouvelles technologies à tout prix, alors que les infrastructures ne le permettent pas.

Ger Baron, responsable de la technologie d'Amsterdam, a pour mission de veiller à ce que les intérêts des entreprises ne prennent pas le dessus sur ceux des citoyens. Cela arrive souvent lorsqu’une ville se précipite pour devenir plus intelligente.

La smart city 2.0 met l'accent sur l'amélioration de la qualité de vie des habitants et des visiteurs et conçoit des outils avec les personnes, afin de garantir que les solutions répondent bien à leurs besoins.

C'est ce que fait Amsterdam avec des programmes tels que Startups in Residence, en lançant des défis axés sur les préoccupations de la population.

Vélos devant un canal dans le quartier de Prinsengracht à Amsterdam

Smart city 3.0 ou la co-création citoyenne

La prochaine phase est la co-création citoyenne. La smart city 3.0 sera certes toujours rendue possible par la technologie et par la municipalité, mais sera initiée par les personnes et les communautés.

Des projets tels que les cafés de réparation ou les bibliothèques de prêt d’outils ont déjà commencé à Amsterdam et sont souvent gérés exclusivement par le public, pour le public.

L’application Verbeterdebuurt se traduit littéralement par « améliorer le voisinage » et offre aux citoyens d’Amsterdam un moyen pratique de mettre en évidence les problèmes et de proposer des modifications. L’app est dotée d’un GPS pour géolocaliser les suggestions d’améliorations et on peut y ajouter des photos.

Car une choses est sûre : les résidents sont les mieux placés pour détecter les besoins de la ville (contrairement aux administrateurs). En collaborant de cette manière, il est possible de proposer des solutions plus rapidement.

La municipalité d’Amsterdam a compris que la clé est de cesser de traiter les citoyens comme des clients ou des destinataires d'un service. À la place, le gouvernement d’une smart city 3.0 permet aux habitants de devenir les co-créateurs de la ville.

Lumières de nuit dans Amsterdam

Les mégalopoles doivent s'adapter

50% de la population mondiale vit actuellement dans les villes. Ce chiffre devrait atteindre 70% d'ici 2050, pour une population mondiale qui devrait atteindre la barre des 10 milliards d’individus (contre 7,5 aujourd’hui).

Plus d’humains sur Terre signifie plus d’activité et de consommation, soit davantage de pollution atmosphérique et une empreinte climatique plus lourde.

Pour contrebalancer cette tendance, les mégalopoles ont tout intérêt à devenir plus durables et intelligentes sur plusieurs plans : mobilité, vie quotidienne, infrastructures, implication citoyenne, ouverture des données, etc.

À l’instar d’Amsterdam Smart City, le challenge pour les grandes villes d’aujourd’hui et de demain est de mener des projets pilotes, en tirer des enseignements et les implémenter de manière itérative.

flipboard