Chapitre : 2

Le Hub Smart City 18/10/2019 - 10:10

Comment le sport rend ces villes plus inclusives

Huit coureurs sur une piste d'athlétisme formant un V
Chapitre 2
Plusieurs villes créent des programmes et initiatives pour inciter leurs habitants à se rassembler autour de la pratique sportive.

La prochaine décennie sera marquée par d'importants mouvements de population. Les crises internationales vont engendrer plus de réfugiés et de demandeurs d'asile. La  mondialisation va créer plus d’expatriés. Et l'urbanisation va continuer à pousser la population rurale vers les villes.

Les métropoles auront un rôle essentiel à jouer dans l'intégration de leurs nouveaux habitants. Dans ce deuxième volet de notre dossier dédié au sport en milieu urbain, voyons comment plusieurs villes utilisent le sport comme outil pour unir les communautés.

Comment inciter les citoyens à faire du sport ?

Et plus précisément, comment inciter ceux qui n’aiment pas faire du sport ? Et ceux qui vivent dans la pauvreté ? Tour du monde du sport dans la ville avec les exemples de Buenos Aires, Anvers et Port Moresby.

 

Rendre le sport plus fun à Buenos Aires

Buenos Aires a lancé un programme qui propose à ses habitants de danser en plein air. Un excellent moyen de bouger sans avoir l’impression de « faire du sport ». La capitale argentine aide aussi ses clubs de sport à renforcer leurs effectifs et à signer de nouveaux membres.

La ville a reçu le label Global Active City en 2018. Global Active City fournit la structure pour aider la gouvernance à rendre Buenos Aires plus active. De plus, les villes du réseau Global Active City peuvent partager leurs meilleures pratiques.

Personnes dansant le tango sur une place en plein air

Faire tomber les barrières financières à Anvers

À Anvers, 27% des enfants naissent et grandissent sous le seuil de pauvreté. Et 15% des personnes sont sans emploi. Dans certains quartiers, plus des trois quarts des habitants vivent en-dessous du seuil de pauvreté. Il a été reporté que ces personnes font moins de sport.

Les barrières sont surtout financières et culturelles. Mais elles sont aussi liées au manque de mobilité et d’engagement. Pour remédier à cette situation, la ville d’Anvers a lancé un programme s’adressant aux quartiers les plus désavantagés.

L’idée était de développer un réseau dans le quartier pour soutenir la pratique sportive. Le programme a rencontré un franc succès, comptant 60 000 participants chaque année.

L’université de Gand a fait une étude pour mesurer l’efficacité du programme. En moyenne, les personnes des quartiers participant au programme passaient 96 minutes de plus par semaine à faire du sport que les personnes d’autres quartiers difficiles, utilisées comme des groupes de contrôle.

Deux équipes de basket s'affrontant sur un terrain en extérieur

Le sport pour apaiser les tensions à Port Moresby

Port Moresby est la capitale de la Papouasie-Nouvelle-Guinée et l’une des villes les plus dangereuses du monde. Gangs, alcoolisme, toxicomanie : le climat d’insécurité est lourd et omniprésent.

Le gouvernement municipal a pris l’initiative de lancer un programme sportif. À travers l’enseignement du yoga et la musique, les habitants des quartiers les plus difficiles ont commencé à s’ouvrir. Certains sont même payés pour enseigner le yoga à leur entourage. Ainsi, l’expérience positive du sport peut améliorer la qualité de vie de tous.

Comment le sport resserre les liens sociaux ?

Inciter les citadins à faire du sport, c’est un bon début. Mais comment favoriser l’inclusion sociale à travers l’exercice physique ? Exemples avec les villes de Barcelone et Copenhague.

 

Inclure les personnes en situation de handicap à Barcelone

76% des enfants font du sport à Barcelone, ce qui en fait l’une des villes les plus « actives » d’Europe. La ville met un point d’honneur à donner un accès au sport égal à tous, y compris aux personnes en situation de handicap.

En effet, la capitale catalane propose une large gamme d'installations sportives entièrement équipées et adaptées à toutes les personnes. C’est une manière de privilégier les activités inclusives, qu'il s'agisse d'écoles, de centres d'été ou de compétitions sportives.


Le programme Barcelona Sport Includes propose formation, conseils, suivi et prêt de matériel pour que l'activité physique puisse être pratiquée sans restrictions ni obstacles.

Deux athlètes pendant une course en fauteuil roulant

Tolérance et intégration à travers le sport à Copenhague

Le Danemark est un pays avec une forte culture sportive. Beaucoup de jeunes Danois grandissent avec le sport. Les jeunes s’identifient à la pratique sportive et non à leur milieu culturel ou à leurs origines ethniques.

À Copenhague, des volontaires se déplacent dans les écoles pour aider les jeunes à savoir quel sport ils souhaitent pratiquer. Les volontaires accompagnent les jeunes et leurs parents à l’activité pour s’assurer qu’ils peuvent commencer leur carrière sportive dans les meilleures conditions.

Le sport ne doit pas être utilisé à tout prix comme un outil d’intégration. L’intégration se fait naturellement à travers le sport. Car faire du sport ensemble est un excellent moyen de se rassembler.

flipboard