30/03/2017
Mis à jour le : 11/06/2018

Le billet de la SBA

Par : Smart building alliance
Hub Smart city  SBA

Smart buildings et objets connectés: quelles tendances sont observables après le CES 2017 ?  La SBA livre son analyse.

2017 annonce le début d’une bataille planétaire de titans. Qui aurait pu imaginer les bouleversements que nous vivons dans tous les domaines, y compris au niveau de la maîtrise de la chaîne de valeur du Smart Building. Près de 4 années auront suffi pour « disrupter » l’univers du bâtiment… et de la ville, comme en témoignent les dernières éditions du CES (Consumer Electronics Show) :

- 2014, apparition des premiers composants, notamment proposés par Intel et Qualcomm…, pour rendre connectés les objets ;

- 2015, déferlante des IoT pour tout type d’application ;

- 2016, apparition de plateformes proposant des multiples services autour des IoT, les centres d’intérêt de la mobilité ainsi que ceux de la santé et du bien-être étant privilégiés, à destination du Smart Home ;

- 2017, les opérateurs de services entrent dans la danse, avec pour ambition de fédérer l’ensemble de la chaîne de valeur, tandis que l’intelligence artificielle s’impose.

Face à cette fulgurante évolution, les industriels « historiques » défendent une approche fermée avec la volonté de protéger « leur » chaîne de  valeur menacée par la présence de plus en plus prégnante des GAFA (Google, Amazon, Facebook, Apple). Il n’empêche que l’accélération en cours remet en cause l’ensemble des modèles économiques, les silos et leurs frontières tombant les uns après les autres. Impérativement, les lois de l’Internet s’installent, tandis  qu’un prérequis s’impose : au-dessus du million de clients mondiaux, peu de salut !

Primeur aux « opérateurs de services ».

Ils étaient très présents au CES 2017. Ils promettent de globaliser l’offre de service sur toute la chaîne de valeur soit en étant intégrés, soit en s’entourant de partenaires. De qui s’agit-il ? Des opérateurs de services se positionnent dorénavant comme l’interlocuteur unique de l’usager. « Comme de véritables tiers de confiance » estime Emmanuel François. À Las Vegas, se sont ainsi singularisés des acteurs tels La Poste, Bosch, IBM, Engie, EdF, Leroy Merlin, Samsung, LG, Changhong, Toyota, voire même Schneider Electric, Legrand, Somfy, et, bien sûr Amazon, omniprésent avec Alexa. Pour d’autres, tels Apple et Google, il était même inutile de disposer d’un stand pour affirmer leurs présences. Cette évolution préfigure ainsi un prochain combat de titans, l’enjeu consistant à prendre le leadership sur l’ensemble de la chaîne de valeur.

« Dans ce contexte, il est à fort parier que le CES 2018 verra l’avènement des 1er gagnants ou leaders potentiels », poursuit Emmanuel François. Bon nombre d’acteurs sont désormais sur la ligne de départ ; malheureusement peu arriveront à se positionner durablement. En effet, il ne suffit pas d’être aujourd’hui leader mondial dans son domaine pour prétendre à devenir opérateur de services multiples. La maîtrise des lois de l’Internet est fondamentale avec, à la clé, l’adoption de modèles économiques innovants qui se heurtent souvent à ceux en place, l’une des clés de réussite étant sans doute le partage de la valeur dégagée. Car, il ne suffit pas de fédérer des partenaires dans une offre globale de services, il faut aussi leur assurer un revenu décent en respectant leur expertise sur la chaîne de valeur.

À ce stade, il conviendra également de se poser les bonnes questions. Quelle est ma place dans la chaîne de valeur ? Quelle est ma légitimité ? Quelles sont mes vraies expertises ? Il ne faudra pas hésiter à se challenger avec des acteurs auxquels peu n’auront encore pensé. « Les acteurs de la santé et bien-être, ceux de la mobilité et de l’environnement développent des thématiques représentant un enjeu fort pour notre société » souligne Emmanuel François, qui n’oublie pas pour autant les acteurs de la finance et de l’assurance ayant mesuré l’opportunité à saisir à court terme. Mais alors, qui prendra le leadership ? Certains peuvent faire le choix de l’humilité pour se positionner comme acteur de rang 2 ou 3 en maîtrisant parfaitement leur métier. L’Intelligence Artificielle, de plus en plus prégnante dans la plupart des domaines d’activité, vient accélérer cette mutation avec un transfert rapide d’expertise et de valeur remettant en cause le positionnement, voire le leadership de plusieurs acteurs. Ça ne se fera toutefois pas sans douleur. Dans de nombreux cas, une partie de la valeur liée à l’intelligence sera externalisée ou mutualisée avec, pour conséquence, une perte ou un partage. Il devient donc urgent de travailler à de nouveaux modèles économiques.

http://www.smartbuildingsalliance.org/

Sur le même thème Aménagement

Comment redonner vie à la Ville ? Sacha Khayat, fondateur de OpeningStage répond.

05/07/2018 - mn

Sacha Khayat : OpeningStage est une plateforme d’artistes émergents dont la particularité est de permettre au spectacle vivant d’investir des espaces.

Smart City : quelle place pour l'habitat mutualisé

27/02/2018 - 2 mn

En matière d’évolution, les villes n’ont cessé de devenir plus performantes grâce aux nouvelles technologies.

Architecture et développement durable : la place du bois

28/12/2017 - 4 mn

Une Smart City, c’est quoi ? En fait, ça désigne une ville innovante, respectant à la fois les besoins de ses habitants et les problématiques...

Interview de la startup Air Support by Parrot !

03/11/2017 - 2 mn

Air Support est une filiale du fabricant de produits électroniques Parrot. L'entreprise fourni des services aux professionnels...