28/10/2015
Mis à jour le : 07/08/2018

Cinq innovations pour la médecine de demain dans la smart city

Par : Le Hub Smart City
hub smart city médecine de demain

Objets connectés, cabines de télémédecine, imprimante 3D, exosquelettes et nanotechnologies : ces technologies vont révolutionner la santé – et notre rapport au monde.

1. Les objets connectés

Les téléphones portables ont envahi nos vies. Et avec eux, toute une gamme d’objets connectés : montres, bracelets, lunettes et vêtements… Les développeurs utilisent aujourd’hui ces supports pour de nombreuses applications dans le domaine de la santé. L’Apple watch et l’application pour mobile Health de la firme de Cupertino peuvent fournir par exemple à leurs utilisateurs des données sur les déplacements effectués, le rythme cardiaque, le cycle de sommeil, le taux d’oxygène dans le sang, les calories consommées... Apple n’est évidemment pas le seul sur ce créneau. On pourrait aussi citer Scanadu, qui commercialise le Scanadu Scout, petit boîtier de collecte de données physiologiques (voir photo). L’objectif de toutes ces innovations ? Diagnostiquer et contrôler l’état de santé, mais aussi être un facteur incitatif pour faire de l’exercice, mieux manger, préserver la qualité du sommeil… Avec ces outils, se maintenir en bonne santé devient un jeu d’enfant !

hub smart city médecine de demain

Mais au-delà de la simple collecte de données et de diagnostic, ces objets ont aussi vocation à traiter les pathologies – et les applications vont sans aucun doute se multiplier à l’avenir. Le groupe pharmaceutique Novartis, en collaboration avec Google, développe par exemple des lentilles de contact intelligentes pour mesurer le taux de glycémie dans le sang et communiquer ces informations à d’autres outils (voir photo). Pour les diabétiques, la gestion de la prise d’insuline pourra ainsi être facilitée et automatisée.

hub smart city médecine de demain

2. Les cabines de télémédecine

En 2013, les premières cabines de télémédecine ont été installées en France dans une résidence pour personnes âgées en Bourgogne. Elles permettent d’établir des diagnostics précis et de communiquer ces informations à des médecins. Cette cabine, comme tous les objets connectés de collecte de données personnelles de santé, va révolutionner la relation entre patients et médecins. Elle permet une surveillance à distance des patients, en suivant certains paramètres comme la tension artérielle, le rythmique cardiaque ou la température. Ces outils pourraient contribuer à apporter des solutions aux déserts médicaux et à l’engorgement des services hospitaliers. Une révolution culturelle !

hub smart city médecine de demain

3. L’impression 3D

Les imprimantes 3D constituent une autre innovation majeure pour la médecine. Demain, il sera facile d’imprimer des prothèses et même des organes ! Les imprimantes sont alors conçues pour utiliser des matériaux biocompatibles, adaptés aux propriétés fonctionnelles visées : titane, plastique, céramique de synthèse, résine… Autre innovation attendue : imprimer des tissus vivants à partir d’une pâte contenant des cellules. Les impressions de prothèses et d’implants pourront être réalisées sur le site même des opérations. Et la possibilité d’imprimer des organes va régler la problématique du rejet et pallier à la pénurie d’organes disponibles. Si l’impression 3D demeure encore onéreuse, son coût va inévitablement baisser à mesure que son usage se démocratisera.  

4. Les exosquelettes

Les exosquelettes, ces structures mécaniques qui enveloppent le corps humain pour l’aider dans ses fonctions motrices, ouvrent de larges perspectives pour la médecine. Que ce soit le Hercule de la société RB3D, Hal-5 du japonais Cyberdyne, l’Eicosi du Laboratoire Images, Signaux et Systèmes Intelligents de l’Université Paris 12 ou l’Exohiker d’Ekso Bionic (voir photo), ces projets plus ou moins avancés d’exosquelettes offrent des promesses intéressantes pour redonner à des personnes handicapées des capacités motrices.

hub smart city médecine de demain

5. Les nanotechnologies

Les nanotechnologies, les technologies de l’infiniment petit, donnent la possibilité d’intervenir à l’échelle nanométrique, autrement dit au niveau de la molécule et du gène. Pour la médecine, cette capacité ouvre des champs considérables en termes de diagnostics et d’approches thérapeutiques. Comme le note l’Inserm, « elles permettent (…) de structurer des assemblables moléculaires destinés à interagir, traiter ou reconstituer un tissu ou un organe particulier dans le corps humain ». Et puisque le diamètre de l’ADN est de 2 nanomètres, les nanotechnologies vont apporter une contribution importante au traitement des maladies génétiques. Si, comme le note l’organisme public, les nanotechnologies posent des problématiques de gestion de risque en matière de sécurité et de toxicité, elles soulèvent aussi des questions éthiques, en favorisant l’émergence de « l’homme augmenté… »

Sur le même thème Développement

Interview de Guillaume David, fondateur de la start-up Made In Vote

23/08/2018 - 2 mn

Made In Vote propose aux citadins de s’exprimer sur les commerces qu’ils souhaitent voir s’implanter dans leur quartier via une solution digitale.

Ville intelligente oui, mais collaborative

12/12/2017 - 4 mn

Ces dernières années, les Smart Cities ont le vent en poupe, et se développent énormément. Le concept est maintenant connu de tous.

La place de l’humain au cœur des villes technocentrées

30/11/2017 - 4 mn

Applications mobiles, objets connectés, innovations… Aujourd’hui, la technologie dans son sens large semble tenir une place centrale dans nos villes.

Épiceries solidaires ou aide alimentaire dans la smart city

15/11/2017 - 2 mn

En France, plus de 3 millions de pauvres ont recours à l'aide alimentaire tous les jours. En 1997, Guillaume Bapst est directeur d'un office d'HLM...