20/12/2019
Mis à jour le : 20/12/2019

Comment les villes peuvent répondre à la crise du climat

Par : Le Hub Smart City
Voitures sous les eaux à cause d'inondations

On entend parler du changement climatique depuis des années. Certains emploient même le terme de « crise climatique ». Et le mot n’est pas exagéré étant donné les phénomènes météorologiques extrêmes auxquels on assiste ces derniers temps. De plus, le concept de crise envoie un signal d'alarme à toute la société. Il met l’accent sur le caractère d’urgence de ce qui est en train de se passer autour de nous.


 

Quand la catastrophe climatique s’intensifie

La canicule qui a frappé l’Europe pendant l’été 2019. Des incendies majeurs en Amazonie, en Californie et en Australie. Des inondations à répétition dans le sud de la France. La montée du niveau des océans qui menace des zones comme le sud de la Floride, le Bangladesh, les Maldives et même la ville de New York. Des pénuries d’eau comme celle du Venezuela début 2019. Le pire, c’est que ces phénomènes devraient s’intensifier dans les années à venir.

Les métropoles concentrent aujourd’hui 55% de la population mondiale et 68% en 2050 selon l’ONU. Il est clair que nos villes ont un rôle à jouer dans le défi de la crise climatique. D’autant plus qu’elles en subissent déjà les conséquences directes.

Les générations futures vont devoir s'attaquer à un problème mondial qu'elles n'ont pas créé. Au cours des 50 dernières années, la population mondiale a consommé autant de ressources que dans tout le reste de l'histoire de l'humanité. Mais y a-t-il de la place pour l'optimisme ? Peut-on encore mettre en œuvre des solutions ?

Archipel des Maldives
Les îles Maldives pourraient être submergées à 75% d'ici 2100

Quelles solutions dans les villes face à la crise climatique ?

Lors du Congrès mondial de la Smart City Expo de Barcelone 2019, certaines des personnalités les plus éminentes de la crise climatique ont discuté des perspectives d'avenir. Les intervenants se sont accordés pour dire qu'il existe déjà des solutions scientifiques et technologiques.

Le problème, c’est qu’il n'y a pas eu d'engagement réel pour les mettre en œuvre. Bien que le phénomène du changement climatique ait été mis en évidence pour la première fois dans les années 1980, presque aucun progrès dans ce sens n'a été accompli depuis. 

De fait, les citoyens doivent faire pression sur les gouvernements pour que ceux-ci prennent des mesures immédiates et élaborent les politiques nécessaires. Une partie agit déjà dans ce sens. On l’a vu avec les marches pour le climat qui ont eu lieu aux quatre coins du monde.

Laura Faye Tenenbaum est membre de l’équipe de communication des sciences de la Terre au Jet Propulsion Laboratory de la NASA. Selon elle, les habitants des villes doivent commencer par s'organiser de manière autonome : « en tant que citoyens, pour agir, nous devons être mieux organisés que les pollueurs, ceux qui n'ont aucun intérêt économique à changer ».

Au niveau individuel, elle propose un plan d'action simple et clair :

  • Prendre nos responsabilités en tant qu'individus, notamment dans notre façon de consommer : manger moins de viande, prendre l’avion moins souvent, limiter nos déplacements en voiture

  • Rejoindre les communautés et groupes locaux pour trouver des solutions à des problèmes spécifiques (s’il n’existe pas de groupe local à rejoindre, à nous de le créer)

Forêt brûlée après un incendie en Californie
Forêt brûlée après un incendie dans le nord de la Californie

L'une des actions les plus urgentes aujourd'hui est de réduire les émissions de CO2 de 45% dans les villes. Les énergies renouvelables se révèlent aujourd'hui moins chères que les combustibles fossiles.

Comme l'a souligné Miguel Eiras Antunes, Global Smart Cities Leader chez Deloitte, « selon de récentes études, les nouvelles villes intelligentes produisent un retour sur investissement positif compris entre 3 et 5% ».

Pour identifier ces solutions intelligentes, il est essentiel de commencer par collecter des données permettant d'analyser les problèmes et leurs causes. Mais cette information doit être accessible à tous. Selon Karine Dognin-Sauze, Vice-présidente de la Métropole de Lyon et Responsable des Projets Innovation et Smart City de Lyon : « les données peuvent se transformer en prise de conscience et elles doivent être ouvertes au grand public afin de répondre efficacement aux questions que l'on se pose ».

La conclusion est claire : nous devons investir tous nos efforts dans un nouveau modèle de gouvernance urbaine. Nous devons repenser nos villes et créer un modèle basé sur le concept de « croissance verte ». Et pour y parvenir, « tout le monde doit s'exprimer et faire partie de la solution » selon Laura Tenenbaum.

Sur le même thème Environnement

Quand la ville s'inspire de la nature

27/12/2019 - 3 mn

L'association Ceebios étudie le biomimétisme. Cette discipline consiste à s'inspirer de l'intelligence de la nature pour une innovation durable.

Pourquoi et comment intégrer plus de verdure en ville ?

23/10/2019 - 4 mn

De plus en plus de villes se végétalisent à travers le monde. Les avantages du vert en ville touchent la santé, la vie société mais aussi l'économie.

L’agriculture urbaine est-elle "bankable" ?

03/06/2019 - 7 mn

Agriculture urbaine et rentabilité, une vraie problématique. Quels sont les modèles économiques applicables à l'agriculture urbaine et périurbaine ?

La place de l’éolien dans les smart cities

16/04/2019 - 4 mn

L’énergie éolienne occupe une place de plus en plus importante dans le paysage des énergies renouvelables, à France comme à l’étranger.

flipboard