23/10/2019
Mis à jour le : 01/11/2019

Pourquoi et comment intégrer plus de verdure en ville ?

Par : Le Hub Smart City
Rooftop vert et quartier vert à Singapour

En 2050, plus de 2 personnes sur 3 vivront dans des villes. D’où l’importance de végétaliser nos métropoles afin d’en faire des cités vertes plus agréables à vivre pour tous.

Les trottoirs en béton font partie intégrante de nos paysages urbains actuels. Cependant, ils nous ont également éloignés de la nature d’où nos ancêtres étaient issus. Cette nature est toujours vitale pour nous aujourd’hui. Mais nous n’avons pas besoin de retourner vivre dans les campagnes pour en bénéficier. La bonne nouvelle ? Villes vertes et croissance économique sont compatibles ! C’est ce que nous allons voir dans cet article.

En quoi la végétation est bonne pour les villes

Plus de végétation dans les villes améliore la qualité de l’air et donc la santé des habitants. Les végétaux − et notamment les arbres − absorbent en effet du dioxyde de carbone. En contrepartie, ils produisent une partie du dioxygène que nous respirons.

Mais ce que peu de gens savent, c’est que les zones vertes ont aussi un impact positif sur l’économie des villes. Plusieurs études démontrent que les villes les plus végétalisées sont plus durables et plus performantes sur le plan socioéconomique. Plusieurs facteurs expliquent ce phénomène.

 

Un atout économique puissant

La reforestation urbaine peut affecter l’économie d’une ville de bien des manières. À commencer par la valeur des propriétés sur le marché de l’immobilier. De fait, les quartiers résidentiels dotés d’arbres, parcs et jardins sont plus prisés… et donc plus valorisés.

Les zones végétalisées purifient l’air à travers l’absorption des polluants. Il existe une corrélation significative entre le niveau de végétalisation d’une ville et le taux de maladies respiratoires. Plus une ville est verte, moins ses habitants ont de chances de souffrir de maladies et troubles respiratoires.

De plus, espaces verts et chemins boisés incitent à l'activité physique, ne serait-ce qu’à une simple promenade. Cela veut dire que les habitants d’un quartier vert ou d’une ville végétalisée sont moins susceptibles de prendre des congés maladie. Ils sont aussi plus à même d’être performants au travail. Résultat : une économie plus active et un système de santé moins sollicité.

Coureurs dans Vondelpark à Amsterdam
Coureurs dans Vondelpark à Amsterdam

1 arbre pour 3 habitants pour des villes plus efficientes

Selon l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), il faudrait un arbre pour trois habitants pour garantir une qualité optimale de l'air en ville. Et il faudrait 10 à 15 mètres carrés d'espace vert par habitant. Des défis ambitieux mais atteignables.

La végétalisation urbaine améliore l’efficacité énergétique. Les arbres sont en effet essentiels pour réguler la température dans les villes en arrêtant les îlots de chaleur urbains.

Selon une étude de la Forestry Commission du Royaume-Uni, la végétalisation peut réduire la température de 2 à 8 degrés. Cela réduirait la consommation d'énergie liée à l'utilisation de climatiseurs pendant les mois les plus chauds.

Enfin, la végétalisation bénéficie aussi aux villes exposées aux intempéries et tornades. Les arbres constituent d'excellents brise-vent et régulent le débit de l'eau. Des atouts essentiels en cas de tempête et/ou d'inondation. Les plantes vivaces ou à feuillage persistant peuvent intercepter plus de 15 000 litres d’eau par an. Des pistes à explorer pour améliorer la résilience des villes.

Toits végétalisés : l’exemple de Copenhague

Le Danemark est connu pour être un bel exemple en matière de développement durable. Sa capitale Copenhague a l’objectif ambitieux de devenir la première ville neutre en carbone d’ici à 2025. Pour cela, elle a lancé un plan radical : rendre ses toits verts.

Fleurs, arbustes, plantes aromatiques, points de vue et même sentiers font déjà partie des toits de la ville de Copenhague. Les toits verts offrent de nombreux avantages :

  • Ils disposent d'un système de captage des eaux de pluie, celles-ci étant ensuite utilisées pour arroser et entretenir les plantes

  • Captent jusqu'à 80% des précipitations, réduisant ainsi le risque d'inondation pendant les périodes les plus humides de l'année

  • Captent les particules de poussière, contribuant ainsi au maintien d'un air pur

  • Réduisent la température urbaine et l’effet îlot de chaleur urbain

  • Protègent les bâtiments contre les rayons ultraviolets

  • Permettent la production d’aliments via des potagers urbains

  • Contribuent au maintien de la biodiversité en fournissant nourriture et refuge à diverses espèces végétales et animales

  • Améliorent le sentiment communautaire entre voisins

L’exemple de Copenhague présente tellement d’avantages que d’autres villes envisagent de mettre en place des politiques similaires.

Le Canada, la Suisse ou la France veulent également installer des toits verts pour contribuer au développement durable de leurs villes. On peut mentionner le projet Végétalisons Paris.

Gardens by the Bay à Singapour
Jardins à côté de la baie de Singapour

Réintroduire de la verdure en ville

Réintroduire la nature en ville n’est pas chose facile après des siècles d’activité humaine et de modification de l’environnement. Par exemple, on doit réintroduire une flore et une faune indigènes et adaptées au climat de la ville. Des efforts notables ont été déployés à plusieurs endroits dans le monde.

En 2017, l'Inde a planté 49,3 millions de jeunes arbres de 80 espèces différentes en un seul jour. En 2018, la Chine a déployé 60 000 soldats pour planter au moins 84 000 km2 d'arbres autour de Pékin. Cette zone est aussi grande que l'Irlande !

Ces ceintures vertes sont un premier pas. Mais certaines villes œuvrent déjà sur leurs propres « couloirs verts » (« green corridors » en anglais). C’est un défi beaucoup plus grand, mais un réel investissement à long terme dans la lutte contre le changement climatique.

Des villes comme Singapour, Vancouver ou Sydney sont recouvertes à plus de 25% d’arbres. La végétalisation des villes a de belles années devant elle !

Sur le même thème Environnement

L’agriculture urbaine est-elle "bankable" ?

03/06/2019 - 7 mn

Agriculture urbaine et rentabilité, une vraie problématique. Quels sont les modèles économiques applicables à l'agriculture urbaine et périurbaine ?

La place de l’éolien dans les smart cities

16/04/2019 - 4 mn

L’énergie éolienne occupe une place de plus en plus importante dans le paysage des énergies renouvelables, à France comme à l’étranger.

Autoproduction d’énergie, agriculture urbaine, recyclage : vers une vie autosuffisante ?

09/04/2019 - 2 mn

Business stage Maddy Keynote 2019 avec un débat autour de l'autoproduction d’énergie, de l'agriculture urbaine et du recyclage.

Flowers of Change : art global pour changement global

09/04/2019 - mn

Initié par Pierre Estève, le mouvement Flowers of Change consiste à créer des installations monumentales à base de bouteilles plastique recyclées.

flipboard