21/06/2019
Mis à jour le : 21/06/2019

Trottinettes électriques : intempestives ou intelligentes ?

Par : Le Hub Smart City
Un homme et une femme en train d'utiliser des trottinettes électriques Lime

Elles en agacent certains autant qu’elles en emballent d’autres. En l’espace d’une année, les trottinettes électriques sont devenues un élément incontournable du paysage des smart cities à travers le monde.

 

Le boom spectaculaire des trottinettes électriques

En juin 2018, des milliers de trottinettes électriques en libre service envahissaient les rues et trottoirs des plus grandes villes du monde.

Particulièrement appréciées des jeunes utilisateurs, elles sont pourtant loin de faire l’unanimité. Elles se veulent écologiques et ambassadrices de l'avènement d’un nouveau mode de déplacement, plus vert, plus libre et plus flexible. Mais sont-elles réellement à la hauteur du modèle qu’elles prônent ?

Une bonne dizaine d’opérateurs jouent des coudes pour prendre une position préférentielle sur le marché des engins de déplacement personnel en libre service. Lime, Dott, Bolt, Bird et autres startups aux noms monosyllabiques ont inondé les zones urbaines en quelques mois. Un départ tambour battant que les municipalités ont bien du mal à contrôler...

Quel est le bilan à dresser, un an après l’introduction des trottinettes électriques sur le marché de la micromobilité en ville ?

 

« Citizen-friendly » ou non ?

Par définition, les trottinettes électriques sans borne peuvent être déposées partout. Le problème, c’est qu’elles terminent parfois n’importe où. Il est gênant de devoir contourner ou enjamber une trottinette abandonnée en plein milieu d’un trottoir ou devant l’entrée d’un magasin.

Par ailleurs, ces deux-roues peuvent atteindre une vitesse de 25 km/h : pas vraiment une allure compatible avec celle des piétons. Surtout lorsqu’ils sont aux mains d’utilisateurs inconscients, n’ayant pas pris les bonnes habitudes de conduite. Sans surprise, les trottinettes électriques sont impliquées dans un nombre croissant d’accidents.

Les opérateurs communiquent sur la sécurité et éduquent proactivement leurs utilisateurs à respecter les bonnes règles de circulation et de stationnement. Certains ont déjà limité la vitesse de leurs trottinettes à 20 km/h. D’autres ont investi dans des patrouilles dont la mission est de déplacer les engins mal stationnés et de faire de la prévention auprès des usagers.

 

Eco-friendly ou non ?

La promesse de développement durable s’arrête pour le moment aux limites technologiques du recyclage du lithium-ion. La marque Lime affirme tout de même recycler les batteries lithium de ses trottinettes à hauteur de 77 %.

Autre problématique : celle des émissions de carbone causées par l’importation des trottinettes d’Asie (et notamment de Chine). En attendant l’ouverture d’une filière de fabrication européenne, les opérateurs compensent l’émission des gaz à effet de serre en achetant des crédits carbone.

Trottinettes stationnées sur un trottoir, des marques Lime et Bird

 

Éthiques ou non ?

Le modèle social bâti autour de ces marques est lui aussi sujet aux critiques. En effet, il faut bien que quelqu’un s’occupe de la recharge des batteries. Chez Lime, on appelle ces personnes des « juicers ».

Il s’agit d’autoentrepreneurs, qui, le soir venu, récoltent des trottinettes et les emportent chez eux pour les recharger, avant de les relâcher au petit matin dans la jungle urbaine. Le tout pour quelques euros gagnés par engin réalimenté.

Certains en font un complément de revenu, d’autres leur activité principale. Cela peut donner lieu à des situations précaires.

La marque Dott a déjà commencé à professionnaliser tous ses collaborateurs, en employant uniquement des professionnels (en interne ou via des prestataires).

 

Rentables ou non ?

Des dizaines de milliers de deux-roues circulent chaque jour dans les rues de Paris. Beaucoup sont victimes de vandalisme ou se retrouvent prématurément hors de fonctionnement à cause d’un usage trop intensif.

Or, pour être rentables, les trottinettes doivent rouler au moins 3,8 mois (d’après le BCG - Boston Consulting Group). Le nerf de la guerre de la rentabilité se situe au niveau des coûts de maintenance, de réparation et de recharge de la batterie.

Les opérateurs Lime et Dott ont leurs propres équipes de mécaniciens pour réparer les trottinettes endommagées et assurer à celles-ci un cycle de vie supérieur à 9 mois.

 

Et l’accord des municipalités dans tout ça ?

En réaction à l’assaut soudain des trottinettes, les municipalités ripostent à coups d'arrêtés préfectoraux et autres réglementations afin de réguler le marché et cadrer les usages.

Par exemple, la Mairie de Paris a décidé d'interdire le stationnement des trottinettes électriques sur les trottoirs à partir de juillet 2019. La ville demande aussi aux opérateurs de brider leurs deux-roues à 20 km/h dans toute la ville, et à 8 km/h dans les zones piétonnes.

La Loi d’Orientation des Mobilités va permettre de réguler l’introduction de nouvelles flottes de trottinettes en soumettant les opérateurs à une autorisation préalable de la mairie.

 

Conclusion : intempestives ou intelligentes ?

Réponse : tout dépend comment elles sont utilisées. On assiste à une mutation des modes de transport en ville, avec le développement des mobilités douces (vélos et trottinettes en libre service notamment).

Le service public de la mobilité doit rester garant de la pérennisation de ces innovations. L’objectif : répondre aux exigences de la collectivité pour le bien de tous.

Selon le rapport du BCG, le marché global des trottinettes électriques en libre-service pourrait osciller entre 35 à 45 milliards d’euros en 2025.

Sur le même thème Mobilité

Comment le laboratoire d'IKEA imagine la voiture de demain

06/06/2019 - 5 mn

SPACE10 est le laboratoire de recherche et d’innovation lancé en 2015 par IKEA. Sa mission : créer des solutions innovantes pour un meilleur quotidien

Des véhicules autonomes lancés dès cet été en France

26/04/2019 - 2 mn

Des véhicules autonomes vont être testés dans seize communes et territoires français dès l'été 2019.

Écomobilité ou la mobilité durable au coeur de la Smart City

01/02/2018 - 4 mn

L’écomobilité vise à réduire l’impact environnemental de nos modes de transport, surtout en milieu urbain. On l’appelle aussi mobilité durable...

Interview de la startup qucit !

26/10/2017 - 2 mn

Qucit est une start-up Bordelaise fondée en 2014. Elle peut être considérée comme un acteur de la smart city.

flipboard