21/03/2019
Mis à jour le : 22/03/2019

Co-Dwell : l'habitat partagé pour répondre à la crise du logement aux États-Unis

Par : Le Hub Smart City
Co-dwelling USA

La société californienne KTGY Architecture + Planning s’est inspirée des modèles européens de co-living pour créer le concept Co-Dwell. L’idée est de répondre à la difficulté d’accès au logement rencontrée par les locataires à faibles revenus.

 

La genèse de Co-Dwell

Aux États-Unis, il existe un écart considérable entre les salaires minimum et la flambée des coûts du logement. D’après un récent rapport de la National Low-Income Housing Coalition, aucun état américain ne propose un salaire minimum suffisant pour couvrir le coût local de la vie.

La plupart des ménages les plus modestes allouent bien plus d'un tiers de leurs ressources financières au seul loyer. Un tel fardeau laisse les locataires à faibles revenus avec des ressources financières insuffisantes pour d'autres nécessités telles que le transport, la nourriture, les soins de santé, la garde des enfants, l'épargne-retraite et l'éducation.

Partant de ce constat, le studio de recherche et développement de KTGY Architecture + Planning s’est penché sur la question de savoir comment créer des logements plus accessibles à la population.

Les équipes de KTGY se sont appuyées sur les principes du cohabitat en Europe pour remédier à cette crise du « logement abordable ». C’est comme cela que le concept de co-dwelling a émergé.

 

Le concept du co-dwelling

Malgré les similarités, le co-dwelling diffère du co-living, ce dernier s’adressant principalement aux millennials célibataires avec des micro-unités installées autour de zones communes plus grandes.

Le concept de co-dwelling s’articule autour d’une cuisine partagée et de salons communs pour des suites allant jusqu’à quatre chambres. Il y a également des espaces communs plus grands accessibles à l’ensemble du bâtiment. Cela permet d’accueillir des familles et des individus issus de plusieurs générations.

Escaliers ouverts, passerelles et espaces partagés favorisent les interactions sociales, offrant aux résidents de nombreuses possibilités de tisser des liens et créer une communauté.

Des pièces polyvalentes modulables accessibles à tous peuvent être programmées à différentes fins. Par exemple, un studio destiné aux cours d'art peut être converti en galerie d’exposition le soir.

Un logement plus abordable

Favorisant la vie en communauté et le partage des ressources, le co-dwelling permet de réduire le coût de la vie. Le coût du loyer est 28% moins élevé que celui d’un logement classique. Cela profite automatiquement aux ménages à faible revenu.

D’autre part, la résidence serait idéalement proche des transports en commun. Cela réduirait les dépenses de transport et la nécessité d'avoir un parking sur site. Cela donnerait aussi aux résidents un meilleur accès à l'emploi, à l’éducation, aux commerces et services de proximité, à des activités culturelles et à des divertissements.

Mais au-delà de l’intérêt économique, ce nouveau mode de logement répond à la problématique de l'individualisation grandissante des individus. Addiction aux réseaux sociaux, dépendance à l'égard de véhicules personnels, report du mariage sont autant de facteurs qui conduisent à une culture d'isolement.

Aujourd'hui, familles monoparentales, familles reconstituées, familles multigénérationnelles, groupes d'adultes et adultes divorcés ou veufs sont prêts à concevoir plus de flexibilité et d’adaptabilité en termes de logement.

En segmentant les unités pour s’adapter à la grande variété de compositions de ménages, les espaces sont utilisés plus efficacement et les locataires peuvent minimiser leurs dépenses de location.

 

Sur le même thème Tendances

Le bureau du futur ne ressemble pas à un bureau

17/09/2019 - 3 mn

Dans l'essor de l'économie collaborative, la startup française OfficeRiders réinvente l'espace de travail, plus flexible et moins cher.

À quoi ressemble la ville idéale pour les plus jeunes ?

10/09/2019 - 4 mn

Quelle est la ville rêvée pour la génération Z (moins de 23 ans) ? Nestpick s'est basé sur 22 critères socio-économico-culturels pour le mesurer.

Smart tourism : quel sera le tourisme de demain ?

06/09/2019 - 4 mn

Le smart tourism est en train de changer la façon dont nous voyageons et dont nous visitons le monde. Exemple de Lyon, capitale du smart tourism 2019.

De la smart à la slow city : ce que veulent les citoyens

28/06/2019 - 4 mn

La slow city s'impose doucement comme un modèle plus humain, rompant avec l'obsession effrénée du « toujours plus technologique » des smart cities.

flipboard