06/09/2019
Mis à jour le : 06/09/2019

Smart tourism : quel sera le tourisme de demain ?

Par : Le Hub Smart City
L'Hôtel de Ville de Lyon et la place des Terreaux

En 2017, le tourisme représentait 10,4% du PIB mondial, d’après une étude du World Travel and Tourism Council.

Avec les technologies actuelles et à venir, les villes intelligentes ont le potentiel de devenir des cités offrant des expériences touristiques sans précédent. Avant d’entrer dans le vif du sujet, il est d’abord nécessaire de définir ce que l’on entend par « smart tourism ».
 

Qu’est-ce que le « smart tourism » ?

Le concept de smart tourism tire parti des avantages de la smart city. Selon la Commission Européenne, une destination touristique est qualifiée de « smart » lorsqu’elle cumule les points suivants :

  • Des solutions innovantes et intelligentes dans le domaine du tourisme

  • Un capital territorial, social et humain au service du tourisme

  • Une expérience touristique personnalisée et enrichie par les atouts locaux qui lui sont propres

  • Un accès facilité à la ville grâce aux nouvelles technologies et à l’interconnectivité entre les services touristiques

Pour développer cette thématique, le Hub Smart City a choisi de s’appuyer de l’exemple Lyon, élue Capitale Européenne du Smart Tourism 2019 exaequo avec Helsinki.

Funiculaire dans le Vieux-Lyon

 

Lyon : un modèle de smart tourism

En lançant sa marque de tourisme ONLYLYON en 2007, Lyon a créé la première marque française de marketing territorial. Quatre critères ont retenu l’attention du jury de la Commission Européenne pour propulser la capitale des Gaules au sommet du tourisme européen : son accessibilité, sa connectivité, son développement responsable, ainsi que son patrimoine culturel. Zoom sur ce qui fait de Lyon une « smart tourism city » en puissance !

 

1. Une ville ultra accessible

En plus d’occuper une position géographique centrale en Europe, la ville de Lyon est desservie par tous les modes de transport : aérien (aéroport Saint-Exupéry), routier (autoroute A6), ferroviaire (gare Part-Dieu), fluvial (Rhône et Saône) et même via les pistes cyclables (Viarhôna notamment).

Sur place, les modes de déplacement doux et écoresponsables sont privilégiés : Vélo’v (vélos en libre service), voitures en autopartage, trottinettes électroniques et même le vaporetto (navette fluviale sur la Saône).

Notons aussi que Lyon avait été élue 1e Ville Accessible en 2018 par cette même Commission Européenne. ONLYLYON Tourisme a noué un partenariat avec la startup Mobee Travel afin de recenser les hôtels et restaurants accessibles aux personnes en situation de handicap.

 

2. Une ville connectée

Utilisées à bon escient, les technologies digitales améliorent l’expérience d’une ville, pour ses habitants comme pour ses visiteurs. En l’occurrence, les applications et sites Internet relatifs à Lyon facilitent la découverte de la ville et de ses secrets.

C’est notamment le cas des sites web lyon-france.com, visiterlyon.com, lyoncitycard.com et de l’application Traboules pour découvrir ces fameux passages piétons à travers les cours d'immeubles. La page Facebook d’ONLYLYON rassemble une communauté de 170 000 abonnés (en date de septembre 2019).

La Saône, l'un des deux fleuves de Lyon

 

3. Une ville inscrite dans le développement responsable

Le Label « Lyon, Ville Équitable et Durable » illustre la volonté de la Ville de Lyon d’encourager une consommation responsable qui s’inscrit dans le développement durable. Ce label regroupe déjà plus de 240 entreprises, commerces, artisans, lieux et événements.

Les organisateurs d’événements savent créer des manifestations éco-responsables. À titre d’exemple, l’édition 2018 de la Fête des Lumières a rassemblé 1,8 million de spectateurs sur quatre jours de festivités autour d’animations et projections lumineuses. Mais le plus impressionnant, c’est que le festival a consommé seulement l’équivalent d’un ménage vivant dans un 5 pièces (eau, électricité, chauffage).

Les berges du Rhône et les rives de Saône incarnent l’importance que revêt la végétalisation dans le Plan d’Urbanisme de la ville, sans oublier du nouvel éco-quartier de Confluence, à la jonction des deux fleuves.

 

4. Une ville qui valorise son patrimoine culturel

La métropole lyonnaise est forte d’un riche héritage culturel et architectural : amphithéâtres romains, murs peints en trompe-l’oeil, musées, concerts, festivals, cafés-théâtres et autres lieux de culture.

La ville met un point d’honneur à faire vivre son patrimoine et en assurer la pérennité. Par exemple, la convention Traboule permet aux visiteurs d’accéder aux lieux de patrimoine dans le respect des riverains, et ce depuis 30 ans.

Côté gastronomie, le label Les Bouchons Lyonnais et Les Toques Blanches Lyonnaises viennent authentifier le qualité des restaurants (appelés bouchons) et spécialités locales. La Cité Internationale de la Gastronomie met à l’honneur le patrimoine culinaire de la capitale de la gastronomie à partir de l’automne 2019, dans le Grand Hôtel Dieu.

Pont Raymond Barre qui relie les quartiers de Gerland et Confluence

 

À quoi ressemblera le tourisme de demain ?

À l’aube du XXIe siècle, nous pouvons d’ores et déjà affirmer que les expériences touristiques seront totalement différentes de celles du siècle dernier.

L’Internet des Objets contribue d’ailleurs déjà à améliorer l’expérience des voyageurs, de plusieurs façons. Certains hôtels offrent la possibilité d’accéder à une carte électronique depuis son smartphone pour effectuer le check-in sans avoir à passer par l'accueil. Les hôtes peuvent aussi contrôler la température et la luminosité de leur chambre.

Autre exemple, la possibilité pour les passagers d’un vol de localiser leur valise en temps réel au moment de récupérer les bagages sur le tapis roulant.

Bientôt, des capteurs présents partout dans les villes collecteront des données à propos des habitudes et réactions des touristes vis-à-vis des différents lieux de visite et attractions. Grâce à ces données, les acteurs du tourisme seront en mesure de comprendre comment les visiteurs vivent leur expérience et comment l’améliorer.

De nombreuses questions se posent dont la suivante notamment : jusqu’à quel niveau est-il judicieux de vouloir « améliorer » les expériences des voyageurs ? La magie de la découverte d’une destination ne tient-elle pas dans le fait de justement s’y perdre ?

Partagez votre réaction sur nos réseaux sociaux et ouvrez le débat !

Sur le même thème Tendances

Le bureau du futur ne ressemble pas à un bureau

17/09/2019 - 3 mn

Dans l'essor de l'économie collaborative, la startup française OfficeRiders réinvente l'espace de travail, plus flexible et moins cher.

À quoi ressemble la ville idéale pour les plus jeunes ?

10/09/2019 - 4 mn

Quelle est la ville rêvée pour la génération Z (moins de 23 ans) ? Nestpick s'est basé sur 22 critères socio-économico-culturels pour le mesurer.

De la smart à la slow city : ce que veulent les citoyens

28/06/2019 - 4 mn

La slow city s'impose doucement comme un modèle plus humain, rompant avec l'obsession effrénée du « toujours plus technologique » des smart cities.

Saint-Grégoire, première « Small Smart City » de France

16/05/2019 - 4 mn

Pierre Breteau, Maire de Saint-Grégoire, a présenté le projet Small Smart City de la petite commune d’Ille-et-Vilaine ce vendredi 10 mai.

flipboard